Investor Relations

Espace Investisseur

*
Your email
Enter your email
Please enter valid data.
*
Password
Enter your password
Please enter valid data.
Veuillez saisir au moins 4 caractères.
Log in
 
 
 

NSIA Banque CI: Première banque de l’UEMOA à lancer une opération de titrisation de créances

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

NSIA Banque CI réalise une opération de titrisation de créances portant sur un montant total de 40 milliards F CFA du 7 février au 6 mars 2020. Elle devient ainsi le premier établissement bancaire de la région à se refinancer sur le marché de l’UEMOA avec ce mécanisme.

À compter du 7 février 2020, NSIA Banque CI lance l’émission d’un Fonds Commun de Titrisation de Créances dénommé FCTC NSIA Banque 7% 2020-2025. Les titres à émettre se composent de 4.000.000 d’obligations, d’une valeur nominale de 10.000 FCFA, avec une maturité de 5 ans (60 mois) et un taux de rendement annuel de 7%.

NSIA Banque CI : acteur bancaire innovant et attractif

Premier acteur bancaire régional à avoir recours à ce type d’opération autorisé depuis le règlement UEMOA de 2010, NSIA Banque Côte d’Ivoire a obtenu l’agrément du Conseil Régional de l’Épargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) le 21 janvier 2020. « Nous sommes fiers d’avoir été mandaté par NSIA Banque CI pour structurer et arranger cette opération de titrisation de créances. C’est une grande première pour le secteur ! Elle positionne NSIA Banque CI en précurseur régional et souligne sa capacité à faire preuve de créativité et d’ingéniosité au profit de ses clients. Cette émission permettra, notamment, à la banque d’optimiser sa consommation de fonds propres tout en consolidant sa capacité d’intervention. » explique Serge Tidiane Diop, Administrateur Directeur Général de Africa Link Capital Structuration. Gage de crédibilité et d’attractivité, cette première opération compte comme investisseur de référence la Société Financière Internationale (SFI), membre du Groupe de la Banque mondiale, qui a obtenu l’accord de son Conseil d’Administration, à l’effet d’intervenir à hauteur d’un montant de 17,5 milliards FCFA.